Ecole de Ronno

NORMANDIE 2016

Bonjour!

Le voyage en Normandie approche…

Je vous rappelle que nous avons rendez-vous à la gare d’Amplepuis lundi 23 mai à 7 h 20.

à très bientôt!

Armand

no images were found

Lundi 23 mai 2016

Après un départ sous la pluie battante, à Amplepuis, après un trajet dans un TER bondé, sans places assises, jusqu’à Lyon, après presque 4 heures dans le TGV, jusqu’au Mans (retard de 50 minutes dû à un problème d’aiguillage), après deux heures – encore ! –, dans le TER jusqu’à Caen… Nos efforts et notre patience ont été récompensés puisque nous sommes arrivés en Normandie sous un grand ciel bleu. Nous avons à peine eu le temps de remballer les vestes dans nos sacs à dos, pour profiter du soleil, qu’il nous fallait déjà prendre la navette et rejoindre les « Esneques », à Courseulles-sur-Mer, où nous étions attendus. Nous avons quitté Caen, au ralenti, tant bien que mal, à cause d’un véhicule en panne sur un pont, mais nous avons enfin aperçu l’océan. Que notre chauffeur ait conduit, d’après ses dires, l’équipe de football de Caen dans certains de ses déplacements, n’a semble-t-il pas gâché le plaisir de nos amateurs sportifs.

Arrivés au centre, vers 18h30, nous avons déposé nos valises dans les chambres, puis nous avons pris notre premier repas sur place, puisqu’il était l’heure – délicieux fut-il dit à l’unanimité. Toutefois, nous avons tous été heureux de rejoindre notre bâtiment, « les mouettes », afin de faire nos lits (mise en place du drap housse, des housses de couette et de traversin – ce sont de vrais experts que vous retrouverez vendredi soir !), afin de prendre les douches et de nous coucher, après distribution de l’argent de poche et des livrets qui accompagneront le séjour. A l’heure où j’écris ces quelques mots, tout le monde dort à poings fermés depuis bien longtemps.

Demain matin, réveil à 7h30.

Et nous avons tous pensé à Sylvain et Ivig qui n’ont pas pu être du voyage.

mardi 24 mai 2016

Quelle journée !

Après un réveil très matinal (les deux chambres de filles étaient levées dès 6h30 et celles des garçons ont suivi d’assez près), nous nous sommes préparés tranquillement pour la journée. Nous avons également pris le temps de quelques jeux au soleil, en attendant le petit déjeuner qui n’avait lieu qu’à 8h30. Nous avons été rejoints par Kate, notre très sympathique animatrice pédagogique canadienne, qui nous a conduits, à pieds, à travers les rues de Courseulles, jusqu’au port de pêche. Nous avons découvert et observé les chalutiers, mais aussi les fileyeurs, les dragueurs, …  Près des voiliers, les enfants ont pu réinvestir les connaissances acquises lors de leur stage de voile au Lac des Sapins, en impressionnant Kate au passage : mât, voile, dérive, safran, bôme, coque, écoute, n’avaient aucun secret pour eux.

Nous avons ensuite passé un très riche moment à la rencontre des pêcheurs, au marché aux poissons. Plusieurs enfants appréhendaient ce moment, en pensant qu’ils allaient revenir « puants », mais ils ont vite oublié leurs craintes face à la disponibilité, à l’accueil bienveillant et à la gentillesse des marchands qui ont bien voulu répondre à leurs questions et leur ont permis de toucher les dents acérées dans la gueule du redoutable chien de mer ou de caresser sa peau rugueuse. Certains ont également pu tenir de petits crabes ou entendre l’histoire de l’œil « migrateur » des jeunes soles et carrelets (ils vous raconteront…). Nous avons également observé des oiseaux, notamment les goélands argentés postés partout sur le port et réclamant les restes de la pêche. Nous avons enfin eu la chance de rencontrer Filou, un phoque qui a actuellement élu domicile dans le port de plaisance et qui ne boude pas, de temps à autre, une séance de photographies. Nous sommes rentrés au « Esneques » en longeant la plage, avant de prendre un déjeuner aux couleurs locales : salade normande, poulet au cidre, frites, …

L’après-midi, toujours à pieds, nous nous sommes rendus sur Juno Beach, au Centre Juno,  musée du débarquement canadien. Nous avons pu, grâce à un jeu de recherches animé par Collin (au délicieux accent), aborder l’histoire de la seconde guerre mondiale d’un point de vue différent de celui que nous abordons dans nos livres d’histoires. Chacun a découvert plusieurs aspects du conflit que les enfants français n’avaient pas vécu de la même façon que les enfants canadiens de leur âge. Nous avons enfin visionné plusieurs courts-métrages et découvert l’ensemble du musée.

Pour finir, nous avons visité et escaladé des bunkers, après un goûter pris le long de la plage. Nous avons également appris que certains tunnels allemands n’ont été découvert que très récemment, lors de la construction du centre Juno, en 2003. Certaines structures n’étaient d’ailleurs pas encore complètement extraites du sables: l’histoire est encore en train de s’écrire, et l’on en apprend encore, lors de ces trouvailles, sur le fonctionnement des lignes de défense allemandes et sur la constitution du “mur de l’Atlantique”.

Nous n’avons pas été mécontents , vers 17h00, de rentrer au centre suite à cette journée tout à la fois sportive (beaucoup de marche) et intense en émotions, pour prendre le temps de rédiger nos cartes postales, au calme. Après le repas et les douches, personne ne s’est fait prier pour rejoindre sa chambre, puis son lit… Et nous n’avons entendu (presque) aucun bavardage !

Demain matin, réveil à 7h30 ( ?)

PS: j’ai rencontré quelques déboires, ce soir,  avec la taille de certaines images… Je ferai mieux demain. Au retour, vos enfants recevront  également, sur leur clé USB, des versions de meilleure qualité.

mercredi 25 mai 2016

Encore une excellente journée dont je ne donnerai, ce soir, qu’un très bref aperçu, puisqu’il est déjà tard (23h30) et que nous nous levons tôt demain matin (6h30).

Après un nouveau réveil matinal pour chacun (bien avant l’heure!), nous avons passé la matinée au Mémorial de Caen, dont l’impressionnant bâtiment est aux dimensions des caissons Phoenix qui ont été remorqués, depuis l’Angleterre, à travers la Manche, jusqu’aux côtes normandes pour y êtres coulés, en vue de réaliser un port artificiel pour les Alliés. Nous avons pique-niqué sur place avant de nous rendre au cimetière Canadien de Reviers, toujours en compagnie de notre animatrice, Kate.

Nous avons pu passer une heure et demie sur la plage, avant la première séance de char à voile. Les journées précédentes ont été denses et exigeantes pour chacun… il était temps de pouvoir souffler, s’amuser, mouiller les pieds, ramasser des coquillages, etc.

Les vents étaient plus que favorables pour l’initiation au char à voile qui fut une partie de plaisir pour vos enfants, puisqu’ils étaient bien préparés grâce à leur expérience de l’optimist. Cyril, leur moniteur, a été impressionné par leurs connaissances et leur niveau, alors qu’il ne s’agissait que d’une première séance. Je crois pouvoir affirmer que chacun s’est régalé lors de cette activité. En revanche, la marée avait été particulièrement agitée et la plage était accidentée, creusée de larges flaques. Après une séance de deux heures (18h15 / 20h15, heures de marée basse) les enfants étaient tous trempés jusqu’aux os, frigorifiés et couverts de sable malgré les Kaway. Nous sommes rentrés au centre, bien fatigués, vers 21h00, nous avons pris notre repas, nos douches, nous avons rincé les vêtements, nous les avons mis à sécher… et tout le monde a été heureux de rejoindre son lit, vers 22h30.

Deuxième séance de char à voile demain matin, à 8h30! Il paraît que la plage devrait être “meilleure”.

Je suppose que personne ne sera debout avant l’heure, cette fois.

Jeudi 26 mai 2016

C’était aujourd’hui notre dernière journée “pleine” en Normandie et le programme était particulièrement chargé. Après une réveil difficile pour certains, à 6h30, nous avons pris notre petit déjeuner puis rejoint à pieds l’école de voile. La marée avait été plus clémente que la veille, la plage était presque lisse, le vent assez faible et le soleil, une fois encore, au rendez-vous. Compte tenu des conditions, nous avons dû gréer des voiles de 7m² (contre 2,5m² par grand vent, hier soir). Une fois encore, ce fût un excellent moment. Et tout le monde a apprécié de n’être pas trop mouillé aujourd’hui. Le bus nous a rejoint vers 11h00, à l’école de voile, afin de nous conduite sur Omaha Beatch, surnommée la “sanglante”, tant le débarquement y fût difficile et lourd en pertes humaines. Nous y avons pique-niqué, en compagnie de Kate qui a tenté de permettre à chacun de ressentir, ne serait-ce qu’un peu, ce que pouvaient vivre les soldats accroupis depuis 24 heures dans leurs étroites péniches de débarquement, en traçant dans le sable le périmètre approximatif de l’une de ces péniches.

Nous nous sommes ensuite rendus au cimetière américain de Colleville-sur-Mer, très impressionnant, où nous avons pu, entre autre, découvrir le récit de la vie des quatre frères Niland dont l’histoire a inspiré le film Il faut sauver le soldat Ryan, réalisé par Steven Spielberg. Nous avons poursuivi en direction de la Pointe du Hoc, en découvrant les profonds cratères d’obus qui datent du bombardement de ce lieu stratégique par les Alliés, pour préparer le terrain aux soldats qui devraient débarquer sur les plages de Normandie. Enfin – et déjà les forces de certains faiblissaient -, nous nous sommes rendus au cimetière allemand de La Cambe.

De retour aux “Esneques”, nous avons été ravi de prendre un repas chaud, après plusieurs pique-niques. Il fut vite l’heure de préparer les valises, l’heure également de la traditionnelle séance du jeu “à qui appartient cette chaussette, et cette serviette, et ce Tee-shirt,…” (impossible, semble-t-il, d’y échapper). Nous avons enfin rejoint la salle de projection, afin de finir sur une note humoristique, en visionnant La Septième Compagnie au clair de lune.

Demain matin, ce seront nos dernières heures en Normandie, avant de monter dans le train du retour.

A très bientôt!

Vendredi 27 mai 2016

Réveil un peu plus tardif pour notre dernière matinée en Normandie. Après un solide petit déjeuner, après fermeture des valises et des sacs à dos chargés des pique-niques, nous avons été rejoints par François, l’animateur  remplaçant Kate, partie pour l’île de Jersey où il était prévu qu’elle accompagne un groupe. Nous avons rejoint le village d’Arromanches, dans une légère brume, pour découvrir, depuis la plage, les vestiges du port artificiel monté entre le 6 et le 14 juin 1944, afin de ravitailler les troupes alliées (matériel, soldats, etc.) Nous avons pu observer, au loin, les imposants caissons Phoenix qui servaient alors de brise lame, ainsi que des bouées de rechanges pour les ponts flottants, sur la plage, ou encore un module de quai flottant. Les riches explications de François, complétées par quelques dessins tracés dans le sable, nous ont permis de comprendre l’importance et le fonctionnement de ce port.

Après quelques jeux sur la plage et la collecte des derniers coquillages, nous avons rejoint la gare de Caen, où nous devions prendre notre premier train pour le retour. Comme vous le savez, ce train étant annulé, nous avons dû changer d’itinéraire, passer par Paris (Saint-Lazare) et prendre le métro pour rejoindre la Gare de Lyon. Après un peu de réconfort en première classe, dans le TGV Paris-Lyon, nos mésaventures se sont poursuivies puisque une panne d’un wagon de marchandises perturbait la circulation des trains vers Amplepuis.

Nous n’avons pas été mécontents de pouvoir enfin poser nos valises à Tarare, en attendant l’arrivée des parents.

***

Le bilan du séjour est très positif pour chacun. Je suppose – et j’espère – que vos enfants auront complété ce récit des quelques jours passés en Normandie. Le groupe a en tout cas été félicité par chacun des animateurs auxquels nous avons eu affaire. Que ce soit du point de vue de l’attitude, des connaissances ou de l’investissement dans les activités.

Félicitations à tous les enfants!

Bon repos… et à lundi!

no images were found

No comments

The comments are closed.